• Au bois dormant

    " Le livre sans faute n'existe pas. J'ai appris cela, ici.
    Une vie sans faute, c'est pareil. Chacun cache un secret, une honte, grande ou petite, un remords, une tare. " p.149

    Au bois dormant

    Auteur: Christine Féret-Fleury
    Catégorie(s): Thriller
    Age: Dès 15 ans
    Parution: Éditions Hachette Jeunesse / 2014
    Collection: Black Moon
    Nbre de pages: 350
    Okay, okay. Chers lecteurs, j'ai le plaisir de vous apprendre quelque chose: j'aime tellement le rouge à lèvres sur la couverture que je compte bien embrasser celle - ou celui soyons fous -  qui le porterait dans la rue pour voir s'il n'irait pas avec mon teint blanchâtre.
    Ou peut-être que j'irai voir à Sephora s'il n'y en a pas un qui lui ressemble ce serait plus simple. J'aurai sûrement moins de problèmes avec la police que le tueur de ce thriller...

    Quatrième de couverture:

    "Depuis que je suis née, ma vie ressemble à un conte de fées. Mais ne vous y fiez pas! La vie d'une belle au bois dormant n'est pas rose. Mes parents me font déménager sans cesse, ils me surveillent jour et nuit, je ne suis pas libre comme les autres. Ils ont la hantise de me voir grandir. Car il le leur a promis: le jour de mes seize ans, je devrai mourir..."

    Un peu plus...

    J'ai connu ce livre sur la blogosphère, et je ne m'étais attachée qu'à la mention récurrente de "réécriture de conte" qui lui était affilié, je ne me suis pas attardée sur les avis tant que ça.
    Il parle bien de l'histoire de la belle au bois dormant, d'où le titre. On doit cependant s'imaginer que la sorcière qui lui jette un sort n'est autre qu'un tueur en série très recherché, qui envoie à des centaines de cibles des lettres de menaces pour prévenir les parents qu'à l'âge de 16 ans, leur protégé sera définitivement à lui.
    On suit alors les investigations d'un agent de police, qui cherche en vain à trouver le tueur avant qu'il ne commette un autre meurtre.
    C'est dans des conditions de survie très stricte que vit Ariane et ses parents. Ils ont eux aussi reçu une lettre, et ont décidé de vivre restreint de toute vie sociale avec leur fille.
    Quand Ariane apprend qu'elle est la proie d'un meurtrier qui ne laisse qu'une mise en scène macabre derrière chacun de ses sordides passages, une signature sans piste pour une police impuissante, elle trouve une solution, fuir. Jusqu'où? Ou bien, jusqu'à qui...?
    C'est alors un retour dans les passés de tous les personnages qu'on se voit faire très facilement. La police, le lecteur, les victimes, les suspects, les familles et les amis sont tous liés, tous ont un rôle à jouer.
    Le dévouement de chacun des acteurs aura un impact pour la vie des jeunes filles. On voit le tueur sans qu'il ne soit aperçu, on s'imagine la mise en place des évènements sans pouvoir rien y faire.
    Qui est le Rouet? Pour le savoir, il faut d'abord le comprendre, comprendre qui sont Ariane, Lara, et toutes les autres. Comprendre pourquoi l'équipe ne trouve rien, ou comment l'auteur de ces meurtres fait pour ne laisser aucune trace.

    Et les personnages?

    Les personnages tous différents ne se connaîtront que lorsque l'auteure le décidera.
    Comme un nouveau né, on apprend qu'Ariane est innocente. Elle ne jouera jamais dans la cour des grands, malgré qu'elle soit une jeune fille agréable, loyale.
    Elle n'a pas d'amis, et souffre de l'isolement que ses parents emploie pour la protéger. De lourds secrets stagnent au-dessus d'elle, et quand elle apprend qui elle est, une bombe explose. Personne ne peut la retenir.
    Elle fuit et fait la rencontre d'un groupe de femme que j'ai beaucoup aimé, comme des grands-mère qui protègent autant qu'elles le peuvent leur petite Ariane.
    De beaux clins d’œil sont fait au conte du départ, et si l'histoire n'est pas respectée en tant que telle, on peut cependant comparé le prince charmant avec le même tueur.
    Un très beau travail sur les personnages, il ne faut pas condamner ce roman a l'état de thriller, on échapperait alors à la magie... 

    Ma note: 7/10.

    J'ai vu venir le dénouement gros comme une maison. L'auteure sous-entendait un secret horrible, que le lecteur avait cependant déjà trouvé quelques chapitres avant la révélation. Alors que l'on s'attend à être branché à un câble électrique en vue du choc final, vlam! On reçoit le remède avant la contamination. Vous me suivez toujours? Et bien figurez-vous qu'on est tellement sûre de soi qu'on ne peut pas s'attendre à cette fin.
    Ce thriller de conte revisité n'a pas été un titre marquant de cet été, comme je l'aurai espéré. Je ne sais si c'est dû au choix de la saison pour le lire ou bien de l'histoire et du style assez difficile à s'imprégner, mais je ne sais pas comment me formuler pour vous inciter à lire ce roman.
    Je suis presque blasée après cette lecture, je ne me souviens pas d'avoir eu d'élan très enthousiaste, si ce n'est au début, où j'avais hâte d'entrer dans ce monde, de découvrir le personnage de Féret-Fleury.
    La fin n'est pas assez marquante, même si j'avoue m'être contentée de cette résolution. Il me paraît plus adapté pour une lecture sérieuse, presque stricte, je pense que je l'aurai sûrement adoré entre deux gros fantastiques.
    Oui, je pense qu'il peut être agréable de se réfugier dans ce roman développé sur l'intrigue quand on veut échapper à une routine "classique pour le lycée" ou pour repartir sur de bonnes bases entre deux tomes de séries.
    Allez, dîtes moi s'il vous a plu plus qu'à moi, moins peut-être, et je vous dis à la prochaine!

    Bonne lecture!

    « Pour toujours... jusqu'à demainDeux filles sur le toit »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Octobre 2015 à 13:40

    J'hésite à lire ce roman, mais j'avoue que je craque sur la couverture 

    2
    Mercredi 7 Octobre 2015 à 15:01

    Ça reste une bonne lecture, avec l'hiver ça doit être encore mieux!

    Et oui... La couverture est sublime dans son genre!! ;D

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :