• Entre chiens et loups

     *Coup de cœur*

    Afficher l'image d'origine

    " - Meggie, si notre fils veut réussir dans la vie, il doit suivre les cours d'un collège de Primas. Apprendre à jouer leur jeu avec leurs règles à eux. Il devra apprendre à être meilleur qu'eux, c'est tout.
    - C'est tout?
    - Est-ce que tu ne désires pas qu'il réussisse là où nous avons échoué? a lâché Papa, agacé.
    - Comment oses-tu me demander une telle chose? Si tu crois...
    - Je suis sûre que tout va bien se passer, Maman, suis-je intervenu. Ne t'inquiète pas. [...]
    - Tu vas bientôt te croire trop bien pour nous! s'est exclamé mon frère en me donnant un coup de poing dans le bras. Fais gaffe de ne pas prendre la grosse tête.
    - Ça ne lui arrivera pas! a souri Papa. Hein, mon fils? Et tu te tiendras bien dans ton nouveau collège. Tu seras notre représentant à nous, les Nihils!
    Pourquoi est-ce que je devais représenter tous les Nihils?
    Pourquoi est-ce que je ne pouvais pas me contenter de me représenter moi? " p.37-38

    Entre chiens et loups

    Auteur: Malorie Blackman
    Catégorie(s): Jeunesse, Romance
    Age: A partir de 13 ans
    Parution: Éditions Macadam / 2005
    Nombre de pages: 396
    Comble du miracle. C'est dans mon CDI que j'ai terminé After, et il me fallait une nouvelle lecture, je ne voulais pas attendre d'être chez moi pour piocher dans ma PAL assez conséquente. Le destin m'a mis entre les mains Entre chiens et loups et c'est sûrement mon plus gros coup de cœur du mois!!

    Quatrième de couverture:

    "Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Un monde où les communautés s’affrontent à coups de lois racistes et de bombes. C’est un monde où Callum et Sephy n’ont pas le droit de s’aimer. Car elle est noire et fille de ministre. Et lui blanc et fils d’un rebelle clandestin.

     Et si ils changeaient ce monde ?"

    Un peu plus...

    Les Noirs ne se mélangent pas aux Blancs, ainsi, l'idéal serait qu'ils vivent dans "des pays séparés, des planètes séparés" mais le gouvernement n'a pas encore trouvé la bonne solution - qui arrangerait les Noirs évidemment.
    Depuis que Callum vit, il ne se souvient pas ne pas avoir été l'esclave des Primas. Nihil comme toute sa famille, il a comme meilleure amie une jeune fille, Sephy, qu'il ne devrait pas même approcher.
    Il est blanc, pauvre, soumis au système qui exige les discriminations raciales comme simple mode de vie. Elle est noire, riche, fille du Premier Ministre du pays.
    Seule leur couleur de peau les empêche de vivre leur amitié, d'être heureux ensemble, et ces deux rêveurs vont essayer de changer les choses, maladroitement, en empruntant certes des chemins plus ou moins sombres, et ne sachant pas s'ils allaient se retrouver, mais toutes les révolutions ont commencé par un souffle d'espoir.

    Et les personnages?

    J'ai voulu pleurer cet amour que défendaient si bien, en vain souvent, Callum et Sephy.
    Elle a tout pour elle, mais plonge dans le vide de la dépendance sans que son monde matérielle ne puisse la protéger. Elle est plutôt modeste, ne porte pas d'intérêt à la richesse mais est souvent jugé par celle de sa famille.
    Il souffre de la position de sa famille, de la société dans laquelle il n'est pas considéré comme un homme de juste valeur, de ce qu'il devient petit à petit sans pouvoir remédier à cette évolution dans sa façon de voir le monde et la vie. Plus que n'importe qui, il souffre de ce qu'il ne pourra jamais devenir...

    Ma note: 10/10.

    L'injustice mord dans le monde, plus encore dans celui de Callum et Sephy. Si ce livre a été un coup de cœur, j'en ai été réellement surprise.
    Je ne pensais pas pouvoir être attaché autant aux personnages qu'en ayant eu ce choc émotionnel à la fin. Tout au long de cette lecture, j'ai compris où l'auteur voulait orienter la réflexion. C'était un récit argumenté sur notre propre société face à la société de Malorie Blackman, ou plutôt à travers le décor de ce que l'on peut voir en allumant la télé sur une chaîne info. Il fallait chercher les différences pour comprendre les affreux, pathétiques points communs.
    Seulement, nous ne savons pas l'injustice sans la vivre nous-même. Je me souviendrais de ce roman longtemps comme une emprise de la réalité.

    Bonne lecture!

    « Chroniques express #1 *Rentrée littéraire, Ewilan, manga, Primo Levi*Challenge Young Adult #5 »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Novembre 2015 à 14:18

    j'ai trop envie de le lire ceux roman et ton avis ma plus donner envie 

    2
    Jeudi 12 Novembre 2015 à 07:09

    @Charlottebokeuse Merci de ton commentaire!! :3

    Si tu souhaites lire ce livre, tu peux tenter de le gagner dans mon nouveau concours: http://aufillesdessaisons.eklablog.com/le-blog-a-deux-ans-concours-a119223892

    Bonne chance!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Dimanche 6 Novembre 2016 à 12:08

    Qu'est-ce que je peux aimer ce livre ! Je l'ai lu et relu tellement de fois et je ne m'en lasse toujours pas. L'histoire est belle, touchante, profonde et la plume de Malorie semble transpirer la simplicité : elle écrit comme si c'était tellement naturel pour elle. Franchement, c'est un de mes livres préférés 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :