• Je suis un phénomène

    " Je comprenais ce qu'il ressentait. Je savais ce que c'était quand le monde entier semblait vous ignorer, quels que soient vos actes, quelles que soient vos qualités... Quand le monde entier s'en fichait de toute façon, parce que de toute façon vous n'aviez aucune importance." p.183

    Je suis un phénomène

    Auteur: Elisabeth Atkinson
    Catégorie(s): Jeunesse
    Age: Dès 12 ans
    Parution: Éditions Alice / 2012
    Collection: Tertio
    Nbre de pages: 230
    La famille et les amis sont différents mais les liens restent les même quand on aime...
    Cette fois-ci, c'est le titre qui m'est tombé sous les yeux et qui a fait tilt à l'intérieur de moi, par son originalité. La couverture n'est pas mal non plus... En bref, je n'avais besoin que d'une petite lecture, qui s'est avérée plus plaisante que je l'aurai cru...

    Quatrième de couverture:

    " Il y a cinq choses dont Faye Noman est certaine :

    1) Sa mère n’a pas pris la peine de prononcer son nom à voix haute avant de l’inscrire au registre des naissances.
    2) Ce problème serait moins important si elle ne mesurait pas déjà presque 1,80 m à seulement 12 ans.
    3) Moins important, aussi, si sa mère ne s’obstinait pas à s’habiller comme une hippie et pouvait lui donner une réponse claire sur l’identité de son père.
    4) Moins important, encore, si parler à quelqu’un de son âge ne lui semblait pas une tâche insurmontable.
    5) Il existe certainement un endroit sur terre, quelque part, où elle se sent chez elle... non ?
    Cet endroit, Faye espère l’avoir trouvé le jour où une lettre arrive pour l’inviter à passer une semaine dans un camping, pour une grande réunion organisée par la famille de son père... Elle y découvrira que les principes d’éducation rien moins qu’ori­ginaux qu’a appliqués son excentrique de mère ont certains avantages, entre autres de lui avoir donné un esprit d’indépendance et la faculté de prendre des décisions."

    Un peu plus...

    Je n'ai pas osé lire le résumé avant de lire ce livre, pour tenter l'expérience de plonger dans une lecture qu'avec des hypothèses au niveau du titre et de la couverture... J'ai bien aimé, mais je pense qu'il m'aurait autant plu si j'y avais jeté un œil, même sans l'effet de surprise, on peut vite comprendre ce qu'il va se passer.
    On tombe en plein milieu d'une séance entre Faye, jeune fille de 12 ans, très grande pour son âge, qui cherche désespérément un coin où se cacher de tous les autres enfants de son collège (je suis méchante, c'est plus vraiment des enfants au collège mais on parle quand même des 6èmes ici...), et sa psychologue, très charmante ironiquement, Madame Violine. Son nom peut paraître semblable à ceux des livres pour enfants, mais les prénoms ici ne comptent pas vraiment pour du beurre, dont celui de notre protagoniste, Faye Noman. Oui, phénomène.
    Maintenant qu'on a compris le titre, on passe le reste de l'histoire à essayer de découvrir sa famille paternelle, son lieu de vie abracadabrant (oui, ce mot existe!!), ses relations sociales pas très banales...

    Et les personnages?

    Je ne l'aurai pas cru au début, mais c'est la mère de Faye qui m'a le plus attaché à l'histoire, expliquée rationnellement par sa relation avec sa fille. Dans les premiers chapitres, je détestais son comportement avec Faye, envers sa vie en général aussi. Elle avait à peine l'air de considérer son enfant comme tel...
    Mais je me suis naturellement mise à la comprendre et à me laisser aller à l'apprécier au fil du roman. J'ai compris qu'elle se comportait ainsi pour le bien de sa fille, car ses décisions de la laisser libre d'agir et seule face à ses questions, sont en fait dûes à sa propre enfance, où cette femme s'est sentie enfermée dans une prison par ses parents tellement ils l'étouffaient... au sens figuré bien sûr... Ah! les parents! Ils compliquent toujours tout, non?

    Ma note: 7/10.

    Je lui ai mis un 7 car ce roman était très facile à lire, qu'on s'attache rapidement aux personnages, qu'on passe de bons moments, et qu'à part quelques détails que j'aurai aimé connaître dans un épilogue, je n'ai pas grand chose à y redire globalement. On a tous une famille, qu'on l'aime ou pas, qu'on l'ai choisi ou non, et ce roman fait allusion de manière optimiste à la délicate problématique des moules! :p

    Bonne lecture!

    « C'est bio, l'amour!Cher Dylan »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Li
    Vendredi 6 Février 2015 à 15:44

    J'avais aussi beaucoup aimé ce livre :)

    2
    Vendredi 6 Février 2015 à 19:43

    Oui, il est assez accessible et divertissant, c'est ce qui fait de lui un roman jeunesse très agréable à lire! :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :