• " C'est alors que je découvre une terrible vérité que j'ignorais jusqu'à présent. Le pire supplice inventé pour le compte de la beauté.
    L'épilation à la cire chaude.
    Alors qu'on m'arrache sans prévenir les bandes, j'étouffe un cri de douleur. C'est atroce! Comment autant de filles peuvent-elles se soumettre à cette torture volontairement et régulièrement? " p.106

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  • " Frapper le vide, n'être qu'un corps qui se démène pour faire sortir le malaise. Mais rien qui ne m'apaise, rien pour me calmer." p.86

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " - Pourquoi est-ce que les garçons n'ont pas ça, eux? C'est injuste.
    - Je sais, ma chérie, mais tu as les quarante prochaines années pour t'y habituer, ai-je souri. Et puis tu es en phase avec la nature. Tu as des saisons, un rythme, comme la lune et les marées. Tu es reliée au cosmos...
    - Quelle connerie! s'est exclamée Callie." p.223

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " - Je doute sérieusement, continua Leila, que ce que tu t'apprêtes à dire ait quoi que ce soit de stupide. Et, quand bien même, la stupidité fait partie de notre condition humaine. Surtout quand il s'agit de nos émotions." p.341

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " A ce moment-là, il y avait un obstacle entre moi et le monde. Je voyais ça comme une grosse dalle de verre, trop épaisse pour passer au travers. Je pouvais me faire de nouvelles copines, mais jamais elles ne pourraient me connaître, me connaître à fond, parce que jamais elles ne pourraient connaître ma sœur, la personne que j'aime le plus au monde. Et elles ne pourraient jamais savoir ce que j'ai fait. J'étais condamné à rester derrière une vitre trop épaisse pour être traverser p.77

    Lire la suite...

    Pin It

    4 commentaires
  • " - Nous ne sommes pas des terroristes! Nous sommes des combattants de la liberté!
    - Ce qui est bon l'un est un poison pour l'autre, a jeté Minerva d'une voix cinglante. Vous posez des bombes et vous tuez des innocents...
    - Et combien de Nihils sont tués chaque jour par l'oppression prima? Combien d'entre nous meurent physiquement et mentalement par la faute de votre système injuste ? Mais tant que ça ne vous touche pas directement, c'est comme si ça n'existait pas. Vous ne nous écoutez pas quand nous essayons de vous faire entendre ce que nous ressentons. Nous sommes obligés de crier et de crier fort.
    - Poser des bombes et tuer des innocents, c'est votre façon de crier? a demandé Minerva.
    - Ça attire votre attention." p.34

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique