• " - Ah, tu ne peux pas passer l'après-midi avec nous alors?
    - SI!... enfin, je veux dire, si, why not?
    - Ah cool, comme on n'est en concert à Cannes que demain, on passe la journée sur un bateau.
    Il sort son téléphone:
    - Je connais pas encore les détails, mais je te file le numéro du régisseur?
    - Du quoi?
    Oups, ça m'a échappé.
    Penser à toujours avoir l'air au courant.
    - Le régisseur: le mec qui gère tout, quoi.
    - Non, mais je sais... je te faisais marcher...
    Il me fait un petit sourire très difficile à analyser. Ça peut tout aussi bien être: "Tiens, elle est marrante cette meuf" que: "Elle essaie de faire genre elle connaît, mais elle fait trop pitié." Pas net. [...]
    - Comme ça, tes parents s'arrangeront avec lui.
    Je m'entends dire:
    - Mes parents ?! Attends, j'ai 14 ans et demi, qu'est-ce que tu veux qu'ils disent?" p .72

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • - Je parie que tu préfères qu'ils en aient un peu plus dans le ciboulot, O'hara!
    Scarlett préféra ne pas poursuivre. Hélas...
    - C'est quoi, ton genre? insista Mrs Amberson. Tu ne m'as jamais parlé de ta vie amoureuse, Scarlett. Tu es très jolie. Je suis sûre qu'il y a anguille sous roche. Et je parie que c'est un intello, avec un petit air d'Harry Potter et une collection de T-shirts noirs. Allez, à quoi ressemble-t-il?
    - Je n'ai pas de petit ami. Juste, je... des copains au collège, parfois.
    - Tu as sauté le verbe, je vois. Or tout est dans les verbes. [...] J'ai beaucoup d'espoir pour toi cet été, O'hara. Je ne crois pas à cette apparence sévère et déterminée, je suis sûre que tu caches une personnalité passionnée. " p.131

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " Maman doit se poser des questions: pourquoi sa propre famille a-t-elle si mal tourné? Sans doute se sent-elle tout éclaboussée de poisse. Comme si un voyageur, partageant notre wagon dans le train de la vie, avait trop mangé dans la voiture-restaurant. On y servait de la chance et de la malchance, sur des assiettes en plastique. Notre voisin n'avait consommé que de la malchance. Et alors, parce qu'il était sur le point d'exploser et que le train avait été secoué d'un cahot violent, cet homme avait vomi toute sa poisse sur nous. " p.75

    Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  •  
    " - Voilà ce qui est laid dans cette ville, a-t-elle dit. D'ici, on ne voit pas la rouille, ni la peinture écaillée, ni je ne sais quoi, en revanche, on peut dire avec certitude ce qu'elle est. Voir à quel point elle est factice, même pas assez solide pour être en plastique. C'est une ville de papier." p.73

    Lire la suite...

    Pin It

    5 commentaires
  • " J'ai parlé à beaucoup de monde et je m'aperçois que la plupart sont en réalité plus timides que moi. Certains répondent par à peine trois mots. J'ai toujours cru que j'étais la seule à en souffrir, mais des tas de gens sont tout aussi timides.
    La timidité est un état que nous avons tous connu à un moment ou à un autre. Certains s'en débarrassent très vite comme de la rougeole, mais d'autres se la traînent encore et encore comme un mauvais rhume." p.190

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " Elle (la grand-mère de Lula) parlait yiddish avec un fort accent polonais dont elle n'avait jamais cherché à se débarrasser. Mais elle chantait merveilleusement, en yiddish, en polonais et même en allemand, et me disait dans le creux de l'oreille que le yiddish n'était pas une langue pour chanter, que le polonais et l'allemand convenaient beaucoup mieux. Je savais qu'elle avait tord, il y avait d'admirables chants yiddish qui me tiraient des larmes. Et j'étais morte de honte quand elle me glissait des choses pareilles devant d'autres gens, ma mère par exemple, qu'elle adorait faire enrager.. Alors, elle se redressait, me faisait un clin d'oeil.
    - Tu verras, Luna, c'est très compliqué, les Polonais, les Juifs, les Allemands - elle disait << les Prussiens>>. Beaucoup plus compliqué qu'on ne le dit. Beaucoup, beaucoup plus." p.37

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " Rien ne m'atteint, tout est surface. C'est que je ne m'attendais pas à ce que cela se finisse comme ça, m'expliquera-t-on plus tard, donc je suis en état de choc: quelque chose en moi bloque l'accès au réel. " p.12

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique