• Nos étoiles contraires

    *Coup de coeur*

    "- Vous, enfants malades, êtes inévitablement stoppés: vous êtes condamnés à vivre le restant de vos jours comme les enfants que vous étiez au moment de votre diagnostic, des enfants qui croient à une vie après la fin d'un roman. Et nous, adultes cela nous fait pitié ..." p.202
    "- Je suis une grenade, ai-je répété. Je ne veux pas voir de gens. Je veux lire des livres, réfléchir et être avec vous, parce que vous, je ne peux pas faire autrement que de vous faire du mal, vous êtes déjà dedans jusqu'au cou. Alors laissez-moi faire ce que je veux." p.109

    Nos étoiles contraires

     Auteur: John Green
    Catégorie(s): Romance, Jeunesse
    Age: à partir de l'âge où vous vous sentez près à être bouleversés
    Parution: Éditions Nathan / 2013
    Nbre de pages: 336
    Ce roman change notre point de vue en nous dévoilant tous les sentiments d'une ado en phase terminale.
    Je trouve la couverture très simple, mais elle se rapproche du livre. Un nuage noir, un nuage blanc, sur un fond bleu ciel. L'écriture était facile, les phrases sont courtes ou décisives, rien ne manque, tout y est. La couverture pourrait prétendre l'idéal, que tout est simple, que tout est à sa place...

    Ce sont des critiques du roman en quatrième de couverture.

    Vous avez déjà dû en entendre parler, il a été élu "Meilleur Roman 2012" par le Time Magazine et continue à souffler sur les braises de l'envie de nombreux lecteurs et lectrices. Vous ne le connaissez pas encore? Autant pour vous, je vais vous résumer ce livre qui est pour moi un chef d’œuvre:
    Le personnage principal -narratrice interne- est atteinte d'un cancer de la thyroïde depuis ses 13 ans, qui s'est transformé en naufrage perpétuel de ses poumons.
    Elle sait qu'il ne lui reste peu de temps à vivre et ne veut blesser les personnes qui lui sont chers pour rien au monde. Elle se contente d'embarquer le moins de monde possible dans son train de vie, sachant qu'il déraillera un jour ou l'autre.
    Hazel Grace est donc une ado de 16 ans qui a un très fort caractère et qui préfère regarder les rediffusions de Top Model USA à la télé plutôt que de sortir avec des amis. Elle lutte contre son cancer uniquement pour ne pas que ses parents soient détruits par sa perte.
    Sa mère l'oblige pourtant à rejoindre un groupe de jeunes cancéreux animé par un rescapé d'un cancer des testicules. Hazel y fait l'étrange et heureuse rencontre d'Augustus Waters, un ado de son âge qui a perdu une de ses jambes à cause du cancer de l'ostéosarcome. Ils ont en commun un ami, Isaac, membre du groupe de soutient. 
    Augustus est beau, il le sait et joue de son charme pour plaire à la jeune fille. Il adore les métaphores et a peur de l'oubli. C'est le peu de choses que Hazel sait de lui mais le courant passe tellement bien entre eux qu'elle accepte d'aller chez lui. Hazel commence à être attirée par le beau gosse mais préfère garder une relation amicale avec lui.
    Hazel et Augustus deviennent donc amis. La jeune fille, lectrice dévoué à son idole Peter Van Houten, auteur d'Une impériale affliction, échange son roman préféré contre celui d'Augustus, Le Prix de l'Aube. 
    Un coup de foudre commun pour les deux livres les rapprochera et les deux adolescents se mettront en tête de poser des questions au mystérieux auteur d'UIA.
    Vous avez les cartes en mains, à vous de lire la suite!

    Et les personnages?

    Ce livre m'a toute entière encrée dans l'histoire, j'avais l'impression de faire partie de cette grande famille. Je les aime tous, ces personnages formidables!
    Il y a:
    - la mère de Hazel (très protectrice et aimante),
    - Isaac ( avec son humour déjanté et sa touchante histoire),
    - le père de Hazel (qui pleurait tout le temps sur le sort de sa fille mais qui s'avère être protecteur et un soutient irremplaçable pour sa fille),
    - Kaitlyn (l'amie la plus folle de Hazel, qui m'a fait sourire de nombreuses fois par sa franchise et sa personnalité attachante),
    - Peter Van Houten (un génie dans l'âme!),
    - Augustus (le beau mec qui m'a étonné tout au long du roman, ce type est un séducteur, il vous séduira intentionnellement sans que vous ne puissiez lui interdire mais il est d'une nature assez enfantine, c'est touchant)
    - et enfin Hazel (avec qui on partage tout, qui nous fait ressentir toute sa peine, son amour, ses doutes et sa colère contre l'univers).
    Nous aurions envie de les prendre tous dans nos bras, mais ça nous est impossible, on ne peut que tourner les pages, l'une après l'autre, lire la suite de mots qui, nous le savons d'avance, nous fera craquer.

    Ma note: 10/10!!

    Tout était sublime. Pour tout vous avouez, j'ai usé approximativement 8 mouchoirs pour essuyer mes larmes...
    J'ai pleuré, j'ai ri, puis j'ai pleuré en riant. J'étais dans un état second, dans des montagnes russes: tout en haut, je pleurais de joie, je riais comme jamais, et la descente n'en était que plus dure.
    J'avais l'impression qu'on m'avait arraché deux êtres chers, en une seconde, quand j'ai fermé ce livre. 
    John Green écrit d'une façon si agréable et si fluide que l'on s'attache à l'histoire, que l'on s’agrippe aux personnages et que l'on refuse de lâcher prise avant d'avoir lu la fin.
    On sait qu'on va être secoué, malmené et que ce ne sera ni délicatement ni confortablement.
    Pour moi, ça a été une chute du haut d'une falaise, et je vous souhaite de connaître la même expérience! Je ne voyais pas la fin venir mais je suis tombée sur le c*l, immobile pendant quelques temps.
    Hazel et Augustus sont devenues mes meilleurs amis durant 315 pages de sentiments. Tout y est, on a l'histoire d'amour, la douleur, le manque, la colère, la frustration, les souvenirs d'enfance, la solitude.
    Arrivée au milieu du roman, j'ai réfléchi à plusieurs fins possibles, tout comme Hazel l'a fait pour Une impériale affliction, et je n'aurais pas imaginé -rêvé plutôt- mieux.
    L'auteur nous prend par les épaules, nous secoue violemment et nous aspire à une nouvelle manière de penser. C'est juste émouvant à souhait. Je le conseille à tous, il n'y a pas d'âge pour changer.
    C'est un roman que je ne suis pas prête d'oublier!
    Bonne lecture!
    Ce livre sera adapté à l'écran et sortira en salle le 20 août 2014! Voici la bande-annonce:

    « Cygne noir - Tome 1: Fille de l'orageQuelqu'un comme toi »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 4 Juillet 2014 à 20:32

    Je vais me le prendre celui-ci ^^

    2
    Vendredi 4 Juillet 2014 à 21:59

    Je ne te retiendrai pas, loin de là. Un vrai big coup de cœur, ce roman, je suis tellement pressée d'être fin août pour aller voir l'adaptation au cinéma... J'en pleurerai d'avance, haha!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :