• " Elle savait qu'elle était renfermée. Qu'elle avait du mal à se lier avec les gens. Elle avait toujours l'impression que son apparence était un leurre, qu'elle lançait vers les autres un pont qu'elle ne pouvait traverser" p.55

    Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  • " Je me suis dit: voilà, t'es une fille et tu tombes nez à nez avec le type frisé dans le miroir. Comme ça, direct, sans que ça passe par le cerveau, comment tu réagis? Tu peux tomber amoureuse ou tu peux pas? Rien qu'avec l'instinct féminin, sans réfléchir ni passer par la case pitié, oui ou non? Tu vibres ou pas?
    Purée, c'était difficile de me mettre dans la peau d'une fille qui me rencontre, presque impossible de juger de l'extérieur en toute objectivité. Heureusement, j'avais mes Ray-Ban. Le truc d'enfer qui empêche le reste de tomber. Comme le slip de Superman par-dessus son collant.
    A ce moment précis, dans mon bout de station-service, je me suis dit que le seul problème dans l'existence est de savoir si on peut inspirer de l'amour ou non, et que le reste n'a strictement, mais alors vraiment strictement aucune importance. " p.16-17

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • Des avis mitigés, sûrs, à l'opposé version des fans ou des rumineurs dégressifs... Je resterai polie.

    " C'est le mot de la fin de ce chapitre. Celui de la réputation est à venir. Demain, dans deux jours, dans une semaine, je ne sais pas. Les mauvais souvenirs remontent lentement. Je ne me sens pas très bien. Le clavier de mon ordi me brûle les doigts et un je-ne-sais-quoi me demande de continuer à taper sur les touches.
    Pas tout à fait fini ce chapitre, ce n'est pas tout, les rumeurs forgent la réputation de chacun: la jolie fille facile, l'abruti, l'intello, la piqueuse de mecs, le mec qui change de copine toutes les semaines, et j'en passe!
    Avez-vous compris que ces ragots définissent la personne que vous êtes aux yeux des autres et donc leur envie ou non d'être amis avec vous? C'est assez rude, mais c'est la triste réalité. D'autant plus que, comme nous l'avons vu plus haut, la rumeur est la fumée du bruit, du bruit qui court. Exagérée, la rumeur? Les réputations aussi alors et, au final, tout finit toujours par vous retomber dessus." p. 68

    Lire la suite...

    Pin It

    3 commentaires
  •  *Coup de cœur*

    " Personne ne refusa l'eau et la pâtée grisâtre des sceaux. On mangea goulûment sans hésiter à nous lécher les paumes ou à sucer ce qui pouvait être rester sous nos ongles sales. La mère de Janina somnolait souvent. Pour ma part, bien qu'épuisée, je pouvais à peine dormir. Le fracas et le mouvement du train me tenaient éveillée. Je restais assisse des heures, me demandant où l'on nous emmenait et comment je pourrai avertir Papa. Janina tapota l'épaule du Chauve.
    - J'ai entendu dire que vous étiez juif, demanda-t-elle.
    - C'est ce que tu as entendu dire, hein?
    - Est-ce que c'est vrai?
    - Oui. Et moi j'ai entendu dire que tu étais une petite morveuse. C'est vrai?
    Janina s'interrompit un instant pour réfléchir.
    - Non, je ne crois pas. Maman m'a dit qu'Hitler et les nazis pourraient bien tuer les Juifs, un jour. Vous saviez ça?
    - Ta mère se trompe. Hitler est en train d'assassiner les Juifs.
    - Mais pourquoi? demanda Jonas.
    - Hitler est persuadé que la pureté raciale est la meilleure réponse qui soit à tous les problèmes de l'Allemagne, expliqua le Chauve. Il a donc fait des Juifs son bouc émissaire. Mais cette affaire est trop compliquée pour les enfants.
    - Est-ce à cause de ça que vous êtes avec nous plutôt qu'avec les nazis? demanda encore Jonas.
    - Tu crois peut-être que j'ai eu le choix? Que ce soit sous le règne de Staline ou sous le règne d'Hitler, cette guerre nous anéantira tous. La Lituanie est prise au piège -coincée entre deux tyrans. Vous avez entendu l'homme de Kalmanka tout à l'heure. Les Japonais ont bombardé Pearl Harbor. Il se peut que les États-Unis se soient déjà alliés avec les Soviétiques. Assez parlé. A présent, silence!
    - Nous allons en Amérique, déclara le Rabâcheur. En Amérique. " p.312-313

    Lire la suite...

    Pin It

    6 commentaires
  • " - Fais des recherches sur cette femme. Il faut réagir vite dans ce genre de situation. Je compte sur toi!
    - ... Excusez-moi... Je sais que je suis un employée de la famille Koibuchi... Mais je suis un ami de M. Shû avant tout. Donc... Même si vous me l'ordonnez... Il m'est impossible de l'espionner.
    - Que dirais-tu d'une nouvelle Mercedes?
    - Allô, Sugi? Je voudrais que tu fasses des recherches sur une femme. " p. 43

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " -Pardon si ce que je vais dire semble prétentieux, mais c'est la vérité: depuis toute petite, je rêve de changer le monde, je rêve de faire de ma vie quelque chose de généreux et de vrai. Chaque jour une part de moi fait ce rêve et chaque jour cette part de moi souffre de ne pas avoir les moyens de le réaliser. [...]
    - Je sens en effet que vous êtes une adolescente profonde, remplie d'attente et d'espérance. Cependant, la réalité est plus complexe que vous ne l'imaginez. Vous n'êtes pas dans l'une de ces histoires à la mode où de jeunes héros héritent sans apprentissage et sans effort de pouvoirs fantastiques afin de lutter contre des armées de méchants aussi vils que simples d'esprit. Vous êtes dans la réalité." p.1145-115

    Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  • " Tsukimi... Tu as gardé tant de tristesse au fond de ton cœur... depuis si longtemps... C'est pour cette raison que ta chambre est remplie de méduses. Je te comprends parfaitement." p.22

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire