• " Ça devenait un rien décevant. [...] Si ça me paraissait étrange, angoissant et inachevé, c'était parce que je guettais inconsciemment qu'une nouvelle vague d'agressivité s'abatte de nouveau sur moi." p.125

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " - Em, je te dis que c'est toi qu'il veut !
    - N'importe quoi ! OK, je l'amuse et il me trouve "intéressante". [...] Il doit me trouver bizarre et ça l'intrigue, c'est tout.
    - Bizarre, c'est sûr que tu l'es ! a-t-elle lancé en riant. Avoir dix-huit de moyenne générale, pratiquer trois sports, participer à tous les ateliers et être sollicitée par quatre universités, le tout en cohabitant avec une sadique absolue, il faut être bizarre pour y arriver !" p.52

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " Les nombres ne m'ont jamais déçu. Ils ne racontent pas n'importe quoi. Ils ne mentent pas. Ils ne prétendent pas être autre chose que ce qu'ils sont. Ils sont intemporels. " p.106

    Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  • " Le seul "Happy End" de notre histoire que je pouvais espérer, aurait été que de l'amitié, et seulement de l'amitié, rien de plus. Amis ! Quel terrible mot quand vous aimez une personne. J'avais lu quelque part, qu'être ami avec quelqu'un qu'on aimait, c'était comme vous donner de l'eau alors que vous mourriez de faim. " p.14

    Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  • Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  • " [...] la seule chose à laquelle je pense, c'est à cet Inconnu séduisant et mystérieux. Il est ma came. Je me suis même surprise, plusieurs fois, à passer en revue mes garçons de terminale, en me disant que l'un d'eux est mon Inconnu. Que l'un d'eux m'obnubile. Que l'un d'eux rend mon existence moins fade, plus intense, plus stimulante." p.55

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " - [...] si j'étais toi, je serais contente d'être débarrassée de lui. Parce que quand une personne peut t'enlever à ce point l'estime de toi-même, alors cette personne est nocive, tu comprends?
    - Il ne m'enlève pas l'estime de moi-même, dis-je tout en sachant, à l'instant où mes lèvres formaient ces mots, que c'était exactement ce qu'il faisait.
    Ou ce que je laissais faire. Ce n'était pas facile à déterminer.
    - Ce qu'il te faut, affirma Kristy, ce que tu mérites, c'est un type qui t'adore pour ce que tu es. Qui ne te considères pas comme un dossier à traiter, mais comme un cadeau. Tu comprends ?
    - Je ne suis pas un cadeau, fis-je en secouant la tête.
    - Si, répliqua-t-elle, avec une telle fermeté que j'ai sursauté: comment pouvait-elle en être si sûre, elle qui me connaissait à peine? Tu l'es." p.168

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique