•  " J'ai compris un truc : on peut changer le cours des choses. On peut réparer ses erreurs. Recommencer sa vie s'il le faut.
    Et puis il y a l'irrémédiable, ce qu'on perd à tout jamais. Certaines personnes. Des moments gâchés parce qu'on les a vécus à une époque où on se blindait contre les émotions, faute de savoir s'y prendre autrement.
    On ne les voit pas venir, parfois on les ignore quand ils arrivent."

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " J'entends encore le discours du président Snow. "Au soixante-quinzième anniversaire, afin de rappeler aux rebelles que même les plus forts d'entre eux ne sauraient l'emporter sur le Capitole, les tributs mâles et femelles de chaque district seront moissonnés parmi les vainqueurs survivants."
    Oui, les gagnants sont les plus forts d'entre nous. Ceux qui ont survécu à l'arène, échappé au collet de la pauvreté qui étrangle le reste de la population. Ils sont, ou plutôt nous sommes, l'incarnation de l'espoir dans un monde sans espoir. Et voilà que vingt-trois d'entre nous vont mourir afin de montrer que cet espoir n'était qu'une illusion. " p.183

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " Et puis, tu sais, il y a les mots qui jaillissent. Les mots qui blessent, les mots qui crissent. Parfois, tu ne les entends pas, tu peux juste les deviner derrières les sourires peinés, les regards de pitié. [...] Mes mots ne sont pas assez puissants. Mes mots sont toujours prisonniers du même carcan de honte et de timidité." p.120

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " - Tu m'as blessée, tellement blessée, Hardin.
    - Je sais, Bébé. Je sais que je t'ai fait mal. Je donnerais n'importe quoi pour revenir en arrière, dit-il en baissant les yeux avec un air bizarre. En fait, non. Non je ne changerai rien. Bon, je t'aurai tout dit plus tôt, bien sûr.
    Nous levons tous les deux vivement la tête et il plante son regard dans le mien.
    - Je ne reviendrai pas en arrière parce que si je n'avais pas fait un truc aussi tordu, nous ne serions pas ensemble." p.54

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • "J'aimerai éprouver quelque chose. Vraiment. Mais je ne ressens qu'une absence, le manque, le désir de quelque chose qui n'est pas là. Je me sens seule." p.33

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " La vie est tellement complexe. Et tellement incongrue. Il y a à peine quelques mois, toute honte bue, l'Occident tapissait mon chemin de velours, [...]. Et aujourd'hui, on me traque sur mon propre fief comme un vulgaire gibier." p.154

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " - Angel, c'est toi? dit Paolo d'une voix grelottante.
    - Je suis là.
    - Tu m'as trouvé?
    - Oui
    La petite main de Paolo était glacée et frêle. Il avait dû s'endormir là, loin de la maison, et se laisser surprendre par la nuit.
    Angel attrapa l'anneau de la lampe avec ses dents et, presque sans effort, il souleva l'enfant. Il ouvrit sa veste, enveloppa le petit dedans, contre sa propre peau, là où il fait le plus chaud, puis, la lampe brinquebalant entre ses dents, il rebroussa chemin. La douleur était partie. Il ne ressentait plus qu'un immense soulagement, et la fierté d'avoir retrouvé l'enfant vivant. Cela rayonnait en lui, si bien qu'il songea à remettre l'assassinat de l'étranger à plus tard pour ne pas gâcher ce moment extraordinairement serein, ce moment où, seul sur cette terre de misère, il marchait, un corps lové contre le sien, avec la certitude d'accomplir quelque chose d'important dans l'univers." p.34-35

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire