• " - Quand tu es dehors la nuit, il ne t'arrive jamais d'avoir la pétoche et de mourir d'envie de rentrer chez toi en courant, même si c'est ridicule et honteux ?
    Ca semblait trop intime, trop personnel pour en convenir devant une totale inconnue, mais j'ai répondu :
    - Si, complètement.
    Elle n'a plus rien dit pendant quelques secondes. Puis elle m'a pris la main et m'a chuchoté à l'oreille:
    - Cours, cours, cours !
    Et elle a détallé, en m'entraînant à sa suite." p.47

    Lire la suite...

    Pin It

    5 commentaires
  • " Je n'étais que sa cadette, celle qui avait grandi sans problèmes, "presque sans qu'on s'en rende compte", comme ma mère le répétait souvent, coincée entre une aînée du genre diva (qu'elle était toujours) [...] et une benjamine si facile à aimer, dont chaque souffle était pris comme un petit miracle depuis qu'elle avait frôlé la mort. " p.195

    Lire la suite...

    Pin It

    1 commentaire
  • " Il m'a appris qu'il ne faut pas avoir peur de s'entendre dire non et de ne pas atteindre ses rêves. L'important, c'est d'en avoir. Et de ne pas se décourager si ça ne marche pas. Essuyer des refus, avoir de la peine... ça fait partie de la vie." p.229

    Lire la suite...

    Pin It

    4 commentaires
  • " Le temps... un mot qui signifiait l'horreur." p.233
    " Elle n'a pas la moindre idée de l'effet qu'elle me fait... C'est mon médicament, mon infirmière, mon tout." p.262

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  • " - Ce chaton a des griffes, murmura-t-elle.
    Phrase rituelle qu'elle répétait depuis qu'elle avait tué son premier vampire à l'âge de douze ans. En souvenir de sa mère qui m'avait toujours appelée "chaton". En souvenir d'elle-même à cinq ans, de son innocence perdue alors. Jamais plus elle ne serait un innocent chaton. " p.30

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • " Avoir une légère surcharge pondérale ne m'a jamais empêchée de faire ce dont j'avais envie. Bien sûr, il y a eu toutes les fois où l'on m'a choisie en dernier pour compléter les équipes de volley, en gym. [...] Moi, je suis attirée par les garçons qui ont autre chose dans le crâne que leur prochaine beuverie. Par les gars qui se soucient d'améliorer le monde, comme Andrew. Des hommes capables de voir au-delà du physique d'une fille, de lire dans son âme, à l'instar d'Andrew.
    Malheureusement... à en juger par la remarque d'Alistair, j'ai l'impression qu'Andrew n'a peut-être pas vraiment lu dans mon âme, ce soir là devant McCracken. Il y a aussi les tomates." p.104

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire